Venin : qu’injectent-ils aux enfants ?

Venin : qu'injectent-ils à nos enfants ? UNESCO-PREV : la nouvelle chasse aux sorcières. Georgia Guidestones : symbole fétiche des mondialistes.
Radio Masse critique
Radio Masse critique
Venin : qu'injectent-ils aux enfants ?
/

Radio Masse critique – Épisode 12 – 12 juillet 2022

Dans cette émission-fiction dystopique en trois actes, nous nous transportons directement dans la cellule 101 de l’aile Carignan-Reichstadt du Centre de rééducation du Ministère de l’Amour.


Venin : qu’injectent-ils aux enfants ?

Contexte dystopique

Les puissants laboratoires pharmaceutiques contrôlés par les mégagroupes Blackstone et Vandal Group, avec la complaisance des États-membres de l’Alliance du Progrès Illimité, continuent à pratiquer une série de tests expérimentaux sur des populations captives, mais de moins en moins consentantes. En effet, les efforts concertés des autorités, des réseaux d’information et des oligopoles numériques pour mettre en scène une menace sanitaire globale et supprimer la vérité sous toute ses formes ne suffisent plus : le narratif officiel s’effrite sous le poids de ses propres incohérences.

La méfiance est palpable et les gens commencent à poser des questions embarassantes. Que contiennent réellement les injections standard universelles ? Pourquoi la psychose pandémique se poursuit malgré une couverture vaccinale presque complète ? L’augmentation rapide de la mortalité, de plus en plus difficile à dissimuler, serait-elle plutôt liée au traitement qu’à l’infection ? Pourquoi le Gouvernement Souverain Suprême de la République Démocratique Incontestable du Québec, contre toute logique apparente, tient-il à inoculer à tout prix des enfants qui ne courent essentiellement aucun risque ? Quel est l’objectif réel de cette expérimentation volontaire obligatoire à grande échelle ?

Références


UNESCO-PREV : la nouvelle chasse aux sorcières

« nul ne peut céder sa faculté de juger »

Spinoza (1632-1677), Traité politique

« Il n’est pas étonnant que la plèbe n’ait ni vérité ni jugement, puisque les affaires de l’Etat sont traitées à son insu, et qu’elle ne se forge un avis qu’à partir du peu qu’il est impossible de lui dissimuler. La suspension du jugement est en effet une vertu rare. Donc pouvoir tout traiter en cachette des citoyens, et vouloir qu’à partir de là ils ne portent pas de jugement, c’est le comble de la stupidité. Si la plèbe en effet pouvait se tempérer, suspendre son jugement sur ce qu’elle connaît mal, et juger correctement à partir du peu d’éléments dont elle dispose, elle serait plus digne de gouverner que d’être gouvernée »

Spinoza (1632-1677), Traité politique, VII, 27

Références :


Georgia Guidestones : symbole fétiche des mondialistes

Références


Musique !

Crédits additionnels

Partagez en masse !